Profession : Artiste-peintre

Il faut être passionné pour être artiste, cela doit être un besoin vital, l’atelier étant le lieu où tout se construit. La motivation est essentielle. Il faut toujours chercher, le changement d’idées est toujours positif ; il y a des voies sans issue, d’autres où se développent technique et pensées nouvelles, réflexion une fois la toile terminée.

En couleur, on cherche toujours des harmonies nouvelles, on joue avec l’intensité des tons, les matières, les transparences, l’espace, le mouvement aussi.

C’est dans le travail que tout se trame, c’est besogneux ou exaltant suivant les jours ; l’important c’est de rentrer dans cet univers et je retrouve chaque matin le bonheur de l’atelier. Tout peut commencer.

J’aime travailler plusieurs toiles à la fois (8 à 10 par jour) pour la peinture à l’huile, entre chaque couche. Je travaille sur une peinture pendant que les autres, posées par terre contre le mur m’interpellent. Je les regarde, cherchant à les améliorer, lorsqu’elles seront à nouveau, chacune, sur mon chevalet.

Je n’aime pas avoir d’idée au départ. Je fais agir l’inconscient avec des formes et des couleurs, je compose sur la surface blanche ; tout cela s’organise, je sens l’émotion petit à petit, l’harmonie, la construction.

La technique doit être présente, bien sûr ; il faut le métier pour arriver à l’émotion lorsque la toile est achevée et regardée. On a terminé et puis on recommence ! C’est comme une grande aventure dans le vide qui se construit.

Une exposition permet souvent d’avancer dans sa démarche ; d’un détail peut sortir autre chose ; et puis l’art c’est garder la jeunesse de l’esprit, rester enthousiaste devant la variété extrême de la nature, du corps, d’un visage buriné par le passage du temps, l’éclairage sur des fruits. C’est peut être prétentieux de dire « je cherche » mais il y a une grandeur dans ce chemin là.

Mes toiles sont mes enfants et cette famille là dure toute une vie. L’esprit reste jeune et éveillé, porteur de sensations.

Les grands ont passé les siècles, leur œuvre est intemporelle ; c’est pour moi un bonheur spirituel, c’est la nourriture de l’âme.



Jacqueline Azpiroz vit et travaille à Paris.

FORMATION
1959 à 1962 : Ecole des Arts décoratifs de Nice.
1963 à 1965 : Ecole des Beaux Arts de Paris - Atelier de peinture de Fegueult

EXPOSITIONS PERSONNELLES
Ecaussines, Belgique, en 1980
Bock de Bohême, Paris, en 1987
Caves de la Tuilerie, Noisy le Roy, en 1988
Galerie Sonia K, Lille, en 1989
Galerie F. Fontaine, Paris, en 1990 et 1991
Centre culturel de la Poterne des Peupliers, Paris, en 1
992
Centre culturel Jean Cocteau, Les Lilas, en 2002
Librairie du Coin, Chateaudun, en 2008
Hôtel de Savigny, Provins, en 2011

EXPOSITION DE GROUPE
Maison de la Culture de Belleville, Paris, en 1966
Maison de la Culture rue du Borrego, Paris, en 1968
Théâtre de Darmstadt, Allemagne, en 1976
Galerie 222, Paris , en 1977
Université des Arts Plastiques, Madrid et Centre culture
l de Barcelone, en 1979
Festival d’art contemporain, Gisors, en 1983
Galerie Municipal, Vitry, en 1984
Galerie Art Présent, Paris, en 2003
Maison des Artistes, Cagnes sur Mer, en 2009
Eglise de la Madeleine, Châteaudun, en 2011

SALONS
Jeune Peinture, Comparaison, 109, Marne la Vallée, Femmes Peintres, Automne, etc ...

Jacqueline Azpiroz expose régulièrement à la galerie Peinture Fraîche à Paris depuis 1985.





 

Top